Bienvenue sur Epex
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Scène : "The worst loneliness is to not be comfortable with yourself." (1 page)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adena H.
Admin
avatar

Messages : 652
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Scène : "The worst loneliness is to not be comfortable with yourself." (1 page)   Dim 6 Aoû - 13:53

"The worst loneliness is to not be comfortable with yourself." - Mark Twain.

- Laisse-moi tranquille, je m’écrie rageusement.

Drake m’observe silencieusement, mais je vois le coin de ses lèvres se retrousser légèrement en me voyant crier sur Arnett. Celui-ci ne peut s’empêcher d’avoir un mouvement de recul, surpris par l’intensité de ma réaction.

- S’il te plait…

- Tais-toi !, je le coupe brutalement. Tu t’es comporté comme un imbécile. Et toi ! Toi !

Je pointe un doigt rageur en direction de Drake, qui se contente de me rendre fermement mon regard, sans fléchir. Je sens ma résolution faiblir devant sa force de caractère, mais je me souviens alors de toutes les choses horribles que j’ai ressenties, de la peur de me retrouver seule, de la peur de m’être fait abandonner pour toujours, et cette colère me redonne un regain de vigueur :

- Toi, tu ne vaux pas mieux, je continue en l’attaquant du doigt. Mais sérieusement, qu’est-ce qui vous est passé par la tête pour faire une chose pareille !

Les mots me viennent difficilement, et je bute sur certains tant j’éructe. Ma colère emporte tout, jusqu’à ma raison… Je sais bien qu’il faudrait que je me calme, parce que ce n’est pas mon état normal… Que normalement, je me contenterais de regarder les autres faire, en restant en retrait et me contentant de réfléchir et d’analyser leurs faits et gestes, mais là, trop c’est trop ! Je sais bien qu’il faudrait que je me calme parce que dans un état pareil toute ma raison et ma logique se sont envolées, mais dans l’état actuel des choses je n’y arrive pas. Je suis tout simplement incapable de contrôler mon corps, et je me laisse aller à mes pulsions les plus animales.

- Vous savez à quel point je me suis inquiétée ? Bon sang, vous êtes vraiment deux crétins finis !

Du coin de l’œil, je vois les commissures des lèvres de Drake se lever :

- Est-ce que c’est ta manière de nous dire que nous t’avons manqué ?

Je serre vivement les lèvres, et me force à contenir mon bras. Je ne suis pas du genre violente, mais la force de sa moquerie me donne envie de le frapper. De lui mettre mon poing dans le visage. Ca me ferait le plus grand bien. Un bien fou, oh oui !

Je vois son regard s’assombrir, tandis qu’il reprend sur un ton plus grave, plus bas, plus sérieux, plus dangereux :

- Ou bien est-ce que c’est ta manière de nous punir de t’avoir laissée toute seule ici ?

Je sens le sang me monter au visage. En deux secondes, j’ai réduit la distance qui me séparait de Drake, mes mains sont posées sur ses épaules, mes lèvres à à peine quelques centimètres des siennes. Mes narines s’évasent, et je lui assène sèchement en détachant bien chacune des syllabes :

- Laisse. Moi Tran. Quille.

Je ne suis plus du tout maîtresse de mes actes. Drake n’essaye pas de s’échapper de mon emprise, et la toute petite partie de mon esprit rationnel en est soulagé. Je ne comprends pas ce qui s’est passé pour que je réagisse aussi violemment, mais instinctivement je sais, je sens, que je n’ai pas atteint toute ma limite. Et si Drake, ou Arnett, me cherchent, ils risquent de me faire dépasser encore plus les bornes que je viens de dépasser en sautant allègrement par-dessus. Et je n’ai pas du tout envie de savoir ce que je suis capable de faire quand on m’accule.

Ses pupilles se dilatent, et je peux voir chacun des pores de sa peau tant je suis proche de lui.

- Ryn, tu me fais peur, calme-toi s’il te plait.

La voix d’Arnett me parvient, comme de loin. Pendant une très longue seconde, je ne suis plus qu’une masse de chair, d’os, de nerfs à vif, de veines pulsantes et de muscles en mouvement. Je ne suis plus moi, tout en restant moi-même. Mais je ne suis plus au contrôle.

La voix d’Arnett continue de me parvenir par bribes. Je cille, comme au sortir d’un rêve éveillé, et je me force à me concentrer sur elle. Je la perds, parfois. Je me force également à détendre ma poigne toujours serrée sur l’épaule de Drake. Peu à peu, la voix d’Arnett se superpose avec celle de ma conscience.

Calme-toi. Respire. Reprends le contrôle.

Je me force à m’écouter, à m’obéir. A reprendre le contrôle.

Ce n’est pas parce qu’ils m’ont laissé tout seuls avec moi-même que j’ai le droit de me comporter ainsi avec eux. C’est uniquement de ma faute si je ne suis pas capable de me sentir à l’aise quand je me retrouve avec moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com
 

Scène : "The worst loneliness is to not be comfortable with yourself." (1 page)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» The Best- and Worst-Dressed Characters on TV [Lily Aldrin]
» CROWS X WORST - Hideto Bando Glam Ex ( RAH-443 )
» Maquillage de scène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecrire pour exister :: Travaux en cours 08/2017 :: Chroniques de Brise-Larme-