Générations

Aller en bas

Générations

Message par Adena H. le Mar 8 Juil - 19:28

1ère génération (Amar).


Branche principale : Amar + Almira = Badri (m), Barrett (m), (+ 3 fausses couches) Brynn (f) (= 3 enfants)

Amar + Anneka = Balfour (m), de l'âge de Brynn (= 1 enfant)

Amar + 2ème concubine Abiah = 1 fille, 2 fils (= 3 enfants)

Amar + 3ème concubine Afanen = 2 filles, 2 fils (= 4 enfants)


1ère sous-branche : Badri + Basima

2ème sous-branche : Barrett + Beathag



Tout d'abord, il n'y avait eu qu'un homme : un homme et sa femme, qui s'étaient fait éjecter de leur village. C'était ce qui avait conduit l'homme et sa femme à venir s'installer dans un nouveau pays, une nouvelle contrée lointaine encore inconnue d'eux. Ils s'étaient mêlés aux autres et, puisqu'ils avaient un peu d'argent, avaient réussi à se faire considérer comme importants. L'homme, qui s'appelait Amar, avait de l'or au bout des doigts : tout ce qu'il touchait se transformait en réussite. Ainsi, lorsque sa femme mit successivement au monde deux grands et robustes petits garçons, l'homme n'eut qu'un désir, celui d'assurer au mieux la prospérité de sa famille, dans le cas où il lui arriverait malheur.

Amar commença donc par s'intégrer dans sa nouvelle société : puisqu'il était déjà marié, il décida de prendre des concubines en provenance d'autres clans. Les clans extrêmement puissants n'auraient jamais accepté de faire alliance avec lui, si bien qu'il préféra commencer petit. Petit peu par petit peu, voilà quelle était sa devise. Plus il se montrerait capable de subvenir aux besoins des nombreux membres de sa famille, plus il serait considéré par les autres chefs de clans. Ainsi, il pourrait alors faire plus d'alliances avec des familles de plus en plus puissantes.

Sa première concubine fut Anneka. Son père n'était pas un chef de clan extrêmement puissant, mais il avait compris à quel point l'émergence du clan d'Amar était prometteuse. Ainsi, il n'hésita pas à lui donner une de ses filles née de ses ébats avec une de ses concubines de second rang.
Anneka avait alors dix-sept ans à peine, ce qui était une bonne moyenne d'âge pour s'unir pour la toute première fois à un homme de deux fois son âge (17 + 17 = 34), ce qui était loin d'être choquant selon la coutume de l'époque; bien au contraire, c'était tout ce qu'il y avait de plus normal, sachant que la plupart d'entre eux n'atteignaient jamais la cinquantaine. Amar s'était également marié très jeune, et n'avait pas plus de dix-huit ans lorsque sa femme, de deux ans sa cadette, avait accouché pour la première fois de leur fils aîné Badri. (Badri a 9 ans quand son père en a 34).

Habitué à faire passer ses propres désirs avant ceux des autres, y compris en matière de femmes, Amar dépucela Anneka sans douceur. Il ne l'aimait pas vraiment, de toutes manières, il ne s'agissait que d'un mariage de raison qui lui permettrait sans aucune difficulté d'arriver à ses fins. Si pour cela il avait du coucher avec une vache, il l'aurait fait sans aucune hésitation; et s'il avait su qu'il fallait recommencer pour atteindre le sommet, il s'y serait attelé sans relâche.
Sans y réfléchir à deux fois, il fit accroupir la jeune fille au sol, et la pénétra sans préliminaires, s'enfonçant plusieurs fois en elle jusqu'à ce que, tiraillé par l'envie, il ne puisse plus se retenir d'éjaculer dans son vagin. Il fit la sourde oreille à ses cris de douleur - Almira, sa première épouse, avait agi exactement de la même manière.


Bien vite, on se rendit compte qu'Anneka et qu'Almira étaient enceintes en même temps. On chuchotait même qu'Anneka allait faire chuter de sa place d'épouse Almira, puisqu'elle attendait des jumeaux... La rumeur enfla, allant même jusqu'à dire que la femme légitime aurait tenté d'empoisonner la concubine afin de lui provoquer une fausse couche. Et, pourtant, les deux femmes donnèrent la vie en même temps : Almira accoucha, après près de trois fausses couches, d'une petite fille en parfaite santé; tandis qu'Anneka donnait la vie à un frêle petit garçon. Ils en furent tous trois heureux et soulagés, les nouveaux-nés furent accueillis comme des cadeaux du ciel.
(Arn a 10 ans quand son père en a 25 et que sa sœur naît).

Almira restait vigilante en compagnie d'Anneka. Elle avait peur que celle-ci ne tente une action inconsidérée contre la vie de ses propres enfants, dans l'espoir de voir le sien succéder à son mari. Elle eut alors une idée brillante : elle alla voir Anneka et lui proposa de considérer sa propre fille comme la sienne afin que, s'il venait à cette dernière l'envie d'attenter à sa vie, elle ne soit pas capable de le faire à l'encontre d'un enfant qu'elle avait aidé à élever. Elle lui proposa de s'en occuper, et de l'élever à deux, de la partager, tandis qu'elle ferait de même avec son petit Balfour, proposition qu'Anneka ne put décemment refuser. C'est ainsi qu'elles se partagèrent la garde de la petite Brynn qui, inconsciente des jeux de pouvoir des deux jeunes femmes qui s'occupaient d'elle, grandit paisiblement.

Son père décida de prendre deux nouvelles concubines, ce qui lui permit de créer des alliances avec les pays du nord et du nord-est. Il voulait répudier Anneka, mais sa femme le lui déconseilla : à présent qu'elle avait réussi à s'en faire une alliée, elle souhaitait éviter de se retrouver dans un rapport de force bien trop inégal face aux deux nouvelles concubines. Comme c'était, encore une fois, la coutume en ce pays-là, Amar l'écouta attentivement et prit soin de suivre sagement son conseil.

Il enfanta avec ses deux nouvelles concubines, dont la plus jeune n'était âgée que de quinze ans, sept enfants en quatre ans : trois filles et quatre fils. Ces deux concubines étaient sournoises, et elles se mirent à comploter, chacune de leur côté, afin de faire en sorte que seuls leurs enfants mâles puissent hériter du rôle de chef de clan, une fois qu'Amar serait mort. Pour ce faire, il fallait absolument tuer ses deux aînés, nés de son épouse légitime : leurs propres enfants ne pourraient entrer en lice qu'une fois tous les enfants mâles légitimes éradiqués.

Lorsqu'Amar eut trente ans, il décida enfin que, pour son propre bien, ses fils se devaient de prendre femme. En tant que futur héritier du clan, Badri devait assurer à son tour sa succession et apprendre de son père comment gérer son clan. Il lui attribua pour épouse la jolie Basima, qui avait le même âge que lui. Elle venait d'un clan du nord, relativement puissant puisqu'ils avaient réussi depuis des décennies à garder leurs frontières intactes. Barrett reçut l'altruiste Beathag, en provenance directe des lointaines contrées fertiles du sud. L'ambition d'Amar se révélait peu à peu payante car, plus les années passaient, plus sa fortune s'accumulait, plus les riches chefs de clans terriens tenaient à s'allier avec lui. Beaucoup lui demandèrent ainsi la main de sa fille Bàirbre alors même qu'elle n'avait pas deux ans, dans l'espoir de monnayer au prix fort sa future dot.  
(Badri a 15 ans quand son père en a 30, Barrett en a 13 et leur sœur Brynn en a 5).

Hélas, Amar eut le malheur de mourir bien trop tôt à leur goût : à à peine trente ans, il se fit désarçonner de sa monture. Il mourut en atteignant le sol, sa nuque se brisant en un horrible craquement. Ne leur en déplaisent, elles tentèrent de reporter leurs stratégies sur son fils aîné, Badri, à présent officiellement chef de clan.


Dernière édition par Adena H. le Lun 25 Aoû - 17:20, édité 6 fois
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Mar 8 Juil - 22:19

2ème génération (Badri).


Branche principale : Badri + Almira =

Badri + Anneka =

Badri + 2ème concubine Abiah =

Badri + 3ème concubine Afanen =

1ère sous-branche : Barrett + Basima

2ème sous-branche : Balfour + Beathag

3ème sous-branche : Brynn

Amar + 2ème concubine Abiah = Britannia (f), Booker (m), Bràdan (m) (= 3 enfants)

Amar + 3ème concubine Afanen = Boos (m), Brunella (f), Blagoy (m), Bronwen (f) 2 fils (= 4 enfants)


Comme c'était la coutume, à la mort d'Amar, son fils aîné Badri reprit l'ensemble de ses possessions : elles lui avaient légalement été transmises. Sa première action fut de prendre possession de sa mère. Le soir même de la mort d'Amar, il fit mander Almira dans ses appartements. Et c'est ainsi qu'il comprit à quel point il n'avait jamais rien compris au sexe auparavant. Il avait toujours baisé Basima comme un taureau en rut, sans chercher à découvrir de nouvelles manières d'assouvir son plaisir.

Sa mère, privilège de l'âge, commença par refuser tout d'abord son hommage viril. Elle s'agenouilla au niveau de son Priape fièrement dressé et l'embrassa à pleine bouche, le léchant et le caressant tout à la fois. Lorsqu'elle le sentit venir, Almira cessa brusquement tous ses attouchements. Elle attendit que la pression de l'afflux sanguin qui s'était concentrée au niveau de son fils redescende, puis elle lui intima de lui rendre la faveur. Tandis qu'elle l'encourageait de ses caresses, elle effectuait de légères poussées au niveau de la tête de Badri. Bientôt, celle-ci se retrouva au niveau de son entrejambe. Incapable de deviner comment agir autrement qu'avec son pénis dans cette zone aussi sensible, il laissa Almira le guider. Dans un premier temps, elle écarta ses cuisses et y laissa poser ses doigts agiles. Fort des sensations qu'elle semblait ressentir, l'adolescent eut l'imprudence d'y mêler sa langue : sa mère fut comme électrocutée de plaisir. Il y mit tant et tant d'ardeur que ce fut elle qui, la première, ressentit le désir de sentir son vagin rempli par l'engin mâle. Et ce fut ainsi que, pour la toute première fois de sa vie, Badri fit cocu son père mort.

C'était une sensation indescriptible pour lui que de foutre les femmes qui avaient appartenu à son père. De les soumettre. De leur montrer qu'il était leur maître. Mais plus que tout, il préférait déverser sa semence dans sa mère. La foutre et la refoutre autant de fois qu'il le désirait. Parce que c'était sa mère, parce qu'elle l'avait enfanté, porté dans son ventre pendant près d'une année, parce qu'elle lui avait donné naissance. Parce qu'il avait détesté son père de la lui prendre. Il tenait sa revanche.

Il avait bien enculé Anneka, une fois, mais elle s'était montrée tellement passive que cela ne lui avait provoqué aucun plaisir. Alors, lorsqu'il la voyait, de temps en temps, ou la croisait, il préférait l'ignorer - tout comme son fils Balfour qui semblait tourner un peu trop autour de sa sœur Brynn. Si sa mère ne lui avait pas expressément demandé de les garder dans le clan, il n'aurait pas hésité une seule seconde à renvoyer Anneka dans son clan d'origine, et trouvé une excuse quelconque pour envoyer Balfour rejoindre un chef de clan allié afin de l'aider à renflouer ses troupes militaires. C'était, de toutes façons, ce qu'il avait prévu de faire pour les enfants d'Abiah et d'Afanen une fois qu'ils auraient suffisamment grandi en taille et en force. Il ne voyait pas l'intérêt de garder auprès de lui quatre hommes potentiellement dangereux avec des vues sur sa place de chef. Puisque, de toutes manières, il ne tarderait pas à les remplacer avec ses propres héritiers, qu'il aurait avec leurs mères. Filles ou garçons, il saurait en faire bon usage.

Lorsque Badri eut dix-neuf ans, son épouse et ses concubines furent enceintes en même temps excepté Anneka, dont il ne supportait plus la vue. Il décida de prendre une nouvelle concubine afin d'assouvir ses besoins sexuels, puisqu'il lui devenait inutile de déverser son sperme à l'intérieur du corps de femmes enceintes. Il engagea son cadet Barrett à entrer en pourparlers avec un seigneur de l'ouest, mais cela prit plus de temps que prévu. Ne pouvant se retenir, son cadet justement absent, Badri décida de s'unir à son ancienne épouse Basima, à présent épouse officielle de Barrett. A son retour, lorsque Barrett l'apprit, il entra dans une rage noire. Il alla confronter son frère, en lui demandant quelle était la punition pour ceux qui prenaient possession des biens du chef de clan. Badri lui répondit qu'il s'agissait de la mort; mais qu'il n'avait pas le droit de le tuer, puisqu'il était lui-même chef de clan.

"Pourquoi avoir pris ma femme plutôt que celle de Balfour ? As-tu donc oublié que contrairement à moi, il était encore trop jeune pour même savoir quoi faire de son pénis pendouillant mollement entre ses couilles ? A peine a-t-il la capacité de le faire se dresser quelques secondes, avant qu'il retombe lamentablement. Incapable de produire de semence, tu aurais pu utiliser Beathag comme réservoir. Elle était à moi avant, mais je n'aurais conçu aucune amertume si tu l'avais utilisée comme réservoir plutôt que ma femme. Où irons-nous si chaque frère prend sa place et celle qu'il occupait avant ?"

Il fut décidé que l'enfant conçu à cette occasion serait tué à la naissance et qu'en dédommagement - Barrett ne pourrait concevoir d'héritiers légitimes avant près d'un an ! - Badri ferait en sorte de l'unir avec une nouvelle concubine. En attendant que les accords soient signés, il lui offrait leur sœur Brynn en compensation.
(Badri a 19 ans quand sa mère en a 28, Barrett en a 17 et leur sœur Brynn en a 9).
(4 garçons entre 0 et 4 ans, et 3 filles entre 0 et 4 ans)


C'était un piège éhonté, un marché de dupe, et Barrett le comprit immédiatement. Brynn n'était pas encore pubère, et ne le serait pas avant au moins trois bonnes années entières. Ainsi, il lui fallait se contenter de satisfaire manuellement ses besoins sexuels, à moins que sa femme engrossée par un autre - son propre frère ! - ne tolère le sexe oral. En tant qu'épouse légitime, il ne pouvait la renvoyer. C'est ainsi qu'il eut l'idée de reporter temporairement ses besoins sur les femmes-esclaves. Elles n'avaient pas de nom, et les enfants qu'elles enfanteraient ne pourraient jamais accéder à la place d'héritiers légitimes : ils se contenteraient d'une vie d'infortune guerrière. Mais c'était mieux que rien. D'autant plus que les accords avec le souverain de l'ouest se délièrent - Badri lui avait donné de l'or pour acheter des mercenaires afin de remporter le conflit : il accepta en guise de remerciement de donner deux de ses filles légitimes en échange de l'aide que le clan de Badri lui avait apportée.


Dernière édition par Adena H. le Lun 25 Aoû - 17:20, édité 3 fois
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Jeu 10 Juil - 19:27

2ème génération (Badri (suite)).


Branche principale : Badri + Almira = Cadi (f)

Badri + Anneka = /

Badri + 2ème concubine Abiah = Caela (f)

Badri + 3ème concubine Afanen = Cahaya (f)

Badri + Basima (non légitime) = Cadwgan (m)

Badri + 4ème concubine Brook = Cai (m)

1ère sous-branche : Barrett + Basima = /

Barrett + Bopha = Calanthia (f)

2ème sous-branche : Balfour + Beathag

3ème sous-branche : Brynn

Amar + 2ème concubine Abiah = Britannia (f), Booker (m), Bràdan (m) (= 3 enfants)

Amar + 3ème concubine Afanen = Boos (m), Brunella (f), Blagoy (m), Bronwen (f) 2 fils (= 4 enfants)


Les filles du roi Vradell arrivèrent peu de temps après. Elles étaient toutes deux de toute beauté : cependant, Badri se réserva la plus belle, qu'il décida de renommer Brook; la première concubine de Barrett eut pour nom Bopha.
Quelques mois plus tard, alors que leurs deux nouvelles concubines venaient à peine de tomber enceintes, chaque femme engrossée par Badri accoucha. De sa mère et de ses deux dernières concubines naquirent trois filles. Seule l'épouse légitime de Barrett, Basima, enfanta un garçon que l'on nomma Cadwgan avant que son époux ne lui tranche la tête avec la lame de son épée d'un seul coup. Il considérait comme une punition divine le fait que son frère aîné lui ait donné la permission, avant d'être au courant du sexe de l'enfant, de tuer le seul enfant mâle qui aurait pu lui succéder. Cadwgan ne vécut que deux heures : le temps pour Barrett d'apprendre la nouvelle et de trouver une arme afin d'exécuter son sombre dessein.
(Badri a 20 ans quand sa mère en a 29, Barrett en a 18 et leur sœur Brynn en a 10).
(2ème génération : 4 garçons entre 1 et 5 ans, et 3 filles entre 1 et 5 ans)
(3ème génération : 3 filles de 0 an)


A partir de cet instant naquit dans l'esprit de Barrett une idée, qu'il chérit et fortifia de jour en jour avec amour. Au bout de quelques semaines, cette idée grandit suffisamment pour qu'il puisse mettre un nom dessus : il allait détrôner son frère dès que la première opportunité se présenterait. En attendant, il ferait semblant de se soumettre et de le conseiller de son mieux, même si sa mère Almira s'en chargeait déjà admirablement bien. Il réfléchit aux meilleures et différentes manières de se créer discrètement de nouveaux alliés. Travaillant en secret à son ascension, il faisait constamment bonne figure auprès des siens, gardant néanmoins sa semence loin de la femme à jamais souillée par son chef de clan et maître. Il lui prenait des hauts le cœur à la simple idée que son frère avait enfoncé son sexe dans celui de son épouse légitime. L'idée lui en était insupportable : il fallait à tout prix qu'il change d'épouse. La seule manière était de tuer son frère.

Voici comment il s'y prit : il avait pris connaissance du fait que, depuis l'arrivée de sa quatrième concubine, sa mère Almira s'était trouvée particulièrement négligée des soins physiques que Badri lui procurait habituellement. Il le faisait négligemment, comme en passant; mais surtout, il prenait de moins en moins compte de ses conseils, et cela irritait plus que tout sa légitime épouse. Almira était jalouse de la beauté et de la jeunesse de sa rivale Brook, avec qui il lui était impossible de rivaliser plus longtemps étant donné que son fils était de plus en plus rebuté par sa vieillesse - elle avait, après tout, vécu bien plus que la moitié de sa vie et était sur le déclin ! - en plus d'un détail technique loin d'être insignifiant à ses yeux : ne valait-il pas mieux profiter de la chair fraîche et de l'entrain contagieux que lui procurait l'aimable Brook, plutôt que de passer ses nuits auprès d'une vieille femme ridée qui était presque au bout de sa vie et qui aurait certainement bien moins de chances que sa magnifique fiancée de donner le jour à nouveau ? Il ne fallait pas oublier que les chances de fausse couche augmentaient avec l'âge, et que sa mère en avait déjà eu pas moins de trois. A vingt-et-un ans, Badri n'avait plus rien à prouver ou à apprendre de sa mère, et il préférait de loin se consacrer à ses trois autres concubines bien plus attrayantes à son goût.
(Badri a 21 ans quand sa mère en a 30, Barrett en a 19 et leur sœur Brynn en a 11).
(2ème génération : 4 garçons entre 2 et 6 ans, et 3 filles entre 2 et 6 ans).
(3ème génération : 3 filles de 1 an).


Bien que l'éducation de Brynn revienne de droit à l'épouse légitime de Barrett, celui-ci argua qu'il préférait la laisser à la disposition de sa mère naturelle jusqu'à son mariage afin de ne pas l'arracher trop jeune à la tendresse maternelle. Il put ainsi garder un œil sur sa sœur, qui lui obéissait de droit. Brynn était une jolie fille, obéissante et sage. Lorsque son frère lui ordonna de rendre service à sa mère par tous les moyens possibles, elle ne comprit cependant pas immédiatement. Il fallut que Barrett s'agenouille au niveau de son pubis imberbe et y fasse jouer son index pour qu'elle retourne immédiatement demander des explications à sa mère, qui fut agréablement surprise de l'hommage de son puîné. A partir de ce jour, lorsqu'Almira se sentait bien trop délaissée par son fils, elle appelait Brynn qui, de sa petite langue agile, apprit rapidement comment procurer du plaisir à sa mère. Hélas, cette sensation qui lui avait fait tant de bien lorsque Barrett la lui avait procurée, ne se reproduisit plus. Il s'agissait d'une relation à sens unique et cela frustrait plus que possible la petite fille. Qui chercha par tous les moyens à apaiser la sensation étrange qu'elle ressentait journellement au niveau de son bas-ventre. Elle se frotta au sol, puis au tissus. Elle n'osait pas y porter ses mains car on lui avait dit que cela rendait stérile. Et elle voulait des enfants, sinon elle n'aurait plus servi à rien dans la société : il fallait qu'elle joue son rôle de mère.

Brook et Bopha donnèrent naissance le même jour à leurs enfants : Cai fut le premier à sortir et, quelques heures plus tard, Calanthia fut la seconde. Les enfants, cousin et cousine, se ressemblaient tant qu'on aurait dit des jumeaux. Ce fut d'ailleurs ainsi qu'on les surnomma. Impatient, Badri ressentit le besoin d'honorer une femme qu'il n'avait pas pu toucher depuis neuf mois : le soir même de l'accouchement, il attendit impatiemment qu'elle soit allongée sur sa couche pour la recouvrir de tout son corps. Il fit pénétrer son pénis à l'intérieur de sa vulve, l'y frotta jusqu'à ce que les yeux de sa compagne se mettent à cligner de plaisir, avant de l'emplir à nouveau de sa semence. La petite Brynn, cachée dans un coin de la tente, car elle n'avait pas pu s'échapper à temps (elle avait aidé sa belle-sœur à s'occuper de son fils nouveau né), vit toute la scène. Cela produisit sur elle une impression extrêmement forte. C'est pourquoi, lorsque Badri quitta l'appartement de Brook, elle se faufila à son tour à l'extérieur. Son esprit n'était rempli que d'une unique pensée : il lui fallait trouver un garçon afin de permettre à sa démangeaison continuelle de s'estomper.
(Badri a 21 ans quand sa mère en a 30, Barrett en a 19 et leur sœur Brynn en a 11).
(2ème génération : 4 garçons entre 2 et 6 ans, et 3 filles entre 2 et 6 ans).
(3ème génération : 3 filles de 1 an + 1 fille de 0 ans + 1 garçon de 0 ans).


Elle chercha en vain, pendant un certain temps, car seules les esclaves étaient acceptées dans le camp, et ses frères étaient bien trop petits pour agir ainsi. Instinctivement, elle sentait qu'il lui fallait un homme fait. Et c'est alors qu'elle pensa à Balfour. Ils avaient le même âge, même s'il était déjà marié à l'ancienne femme de Barrett. Lui, elle en était sûre, il saurait comment faire ! Il saurait lui faire du bien ! Comme elle s'en doutait, il se trouvait dans sa chambre, seul. Car Beathag passait énormément de temps en compagnie de Basima depuis qu'elle avait compris qu'elle ne pourrait pas remplir son rôle d'épouse légitime avant encore un certain temps. Peut-être Basima faisait-elle comme elle-même faisait avec sa mère, pensa Brynn. Mais elle chassa cela de son esprit, toute occupée de ce qui l'intéressait vraiment :

- Balfour, que fais-tu ?

- Rien de particulier, pourquoi ? répondit-il.

- Je viens d'apprendre un nouveau jeu. Veux-tu que je te l'apprenne?

- Que dois-je faire ?

- Tu dois retirer tous tes vêtements. Il faut que je le fasse aussi.

Elle lui montra l'exemple en se déshabillant devant lui. Trouvant qu'il était un peu trop long, elle l'aida. Rapidement, ils furent nus l'un en face de l'autre.

- Et ensuite ?, demanda Balfour.

- Ensuite, on doit se rapprocher l'un de l'autre. Collés serrés. Voilà, comme ça. Tu poses tes bras dans mon dos. Et ensuite, on se frotte l'un à l'autre.

La position n'était guère aisée. Pourtant, Brynn et Balfour sentirent l'un et l'autre apparaître une agréable chaleur. Ils se trémoussèrent comme des forcenés, l'un en face de l'autre.

- Attends, haleta Balfour, je crois qu'on oublie quelque chose.

Il prit son vit raidi en main, et expliqua à sa demi-sœur :

- Je dois le rentrer à l'intérieur de tes cuisses. C'est ce que m'a dit Beathag. Allonge-toi, ce sera plus pratique.

Intéressée, Brynn lui obéit tout en le regardant attentivement faire.

- Je peux toucher ?, demanda-t-elle.

- Non.

Il s'agenouilla et posa son pénis le long du clitoris de Brynn. Puis, ils reprirent leurs frictions. Mais ça n'allait toujours pas. Ils avaient beau se démener comme des diables, ressentir chacun de leur côté une sensation fort plaisante, ils semblaient ne jamais réussir à atteindre son paroxysme.

- Plus vite... Balfour... plus vite, haleta Brynn alors que, les yeux fermés, son demi-frère avait cessé tout contact.

- Plus vite... Balfour... plus vite, singea une voix masculine. Brynn ouvrit les yeux et découvrit, stupéfaite, son frère Barrett. Loin d'être gênée par sa nudité, elle se redressa et s'approcha de lui dans l'espoir de le cajoler.

- Cesse immédiatement. Toi, Balfour, tu as mérité une correction. Et que je ne vous y reprenne plus !

Il éjecta Brynn de la tente, tandis qu'il défaisait sa ceinture afin de donner une raclée à Balfour. Tant pis pour lui, pensa Brynn. Il n'avait qu'à être plus discret. Et plus rapide. Néanmoins, à présent, elle sut ce qu'elle devait chercher : ce n'était pas un adolescent. C'était un homme.

Brynn ne se laissa pas faire. Rouge de colère contre son frère, elle alla voir Badri. Elle se ficha face à lui, ses deux pieds fermement plantés dans le sol, et lui annonça qu'elle voulait qu'il lui trouve un mari.

Badri la regarda avec étonnement. Une lueur amusée se ficha dans son regard lorsque, à sa question, elle lui expliqua qu'elle était désormais en âge de coucher avec un homme. Qu'elle avait essayé avec Balfour, mais que Barrett s'était interposé avant que quoi que ce soit ne se concrétise, et qu'elle le lui ferait payer. L'idée plut à son frère aîné; c'est pourquoi il intima à ses serviteurs de quitter ses appartements. Il se leva, ferma la porte à double tour. Il intima ensuite à sa sœur de retirer ses vêtements. Devant ses yeux ronds, il haussa les épaules :

- Peu importe si tu ne veux pas. Je me contenterai de le faire moi-même.

Brynn, qui n'avait jamais imaginé Badri en homme, mais plutôt en père spirituel, frémit à cette idée. Elle hurla, mais Badri lui avait déjà arraché ses vêtements. Des lambeaux de tissus pendaient misérablement tandis qu'il enfonçait son poing dans sa gorge afin de faire cesser ses cris.

Barrett, occupé alors à tancer vertement son demi-frère, s'interrompit brusquement. Il sortit, demanda la cause du bruit aux gens de Badri qui s'éparpillaient tous comme une nuée d'oiseaux apeurés, et l'imagina sans difficulté. Il prit son épée, ordonna à ses esclaves de l'accompagner et, ensemble, ils réussirent à franchir les portes closes. Le spectacle les pétrifia : Badri, à quatre pattes, le visage convulsionné, enculait avec ardeur sa sœur unique. Il effectuait de puissants va-et-viens à l'intérieur de son cul, ses larges mains posées sur ses fragiles hanches blanches prêtes à se briser sous la violence de ses assauts, tandis que des yeux de Brynn coulaient des larmes amères.

Barrett vit le moment de la jouissance approcher : le visage de Badri se tendit, et il convulsa. Avant d'accéder à la félicité suivant l'orgasme, cependant, sa tête roula à ses pieds : Barrett n'avait pas attendu un instant de plus pour le décapiter de son épée tranchante, la même qui avait tué le bâtard de ce même frère (ironie ou coup du sort ? nous ne le saurons jamais). Il s'approcha d'un pas rapide vers sa sœur, qu'il releva brutalement par la peau du cou. Sans égard pour ses pleurs, il la mit, chancelante, sur le dos, et écarta ses cuisses. Il se redressa enfin, émettant un soupir de soulagement.

- Tu es toujours intacte. Tu seras donc utile à quelque chose, finalement, annonça-t-il sur un ton méprisant.

Il se tourna vers Balfour, qui l'avait suivi comme tout le monde, et s'adressa à lui d'un ton froid, détaché :

- Tu es le cadet, et en tant que tel je te donne ma femme. Je suis ton aîné, et tu me dois obéissance. Enferme Brynn dans mes appartements, jusqu'à ce que je l'échange. Quant à vous, esclaves, nettoyez le sang et jetez le corps dans une fosse quelconque. Un comportement pareil ne mérite pas d'honneurs.

Puis, la tête haute, indifférent à tout le remue-ménage qui se faisait autour de lui, il quitta la tente. Il n'éprouvait aucune fierté, aucun soulagement, mais également aucune honte à avoir surpassé son aîné. C'était un fait, rien de plus.
(Badri a 21 ans quand sa mère en a 30, Barrett en a 19 et leur sœur Brynn en a 11).
(2ème génération : 4 garçons entre 2 et 6 ans, et 3 filles entre 2 et 6 ans)
(3ème génération : 3 filles de 1 an; Cai et Calanthia : 0 an)


Dernière édition par Adena H. le Lun 25 Aoû - 17:34, édité 4 fois
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Lun 25 Aoû - 17:39

2ème génération (Barrett).


Branche principale : Barrett + Almira =

Barrett + Anneka =

Barrett + 2ème concubine Abiah =

Barrett + 3ème concubine Afanen =

Barrett + 4ème concubine Brook =

1ère sous-branche : Balfour + Basima =

Balfour + Bopha =

2ème sous-branche : ? + Beathag

3ème sous-branche : Brynn = mariée

> Amar + 2ème concubine Abiah = Britannia (f), Booker (m), Bràdan (m) (= 3 enfants)

Amar + 3ème concubine Afanen = Boos (m), Brunella (f), Blagoy (m), Bronwen (f) 2 fils (= 4 enfants)


> Badri + Almira = Cadi (f)

Badri + 2ème concubine Abiah = Caela (f)

Badri + 3ème concubine Afanen = Cahaya (f)

Badri + 4ème concubine Brook = Cai (m)
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Mar 26 Aoû - 20:17

Dana rêvait de son grand-père. Constamment. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, c'était comme ça. Elle avait essayé, pourtant - sans succès. La première fois que ça lui était arrivé, elle avait rougi de honte à l'idée de pensées aussi impures, et s'était contrainte pendant toute une semaine à ne manger quasiment rien, et à faire des travaux physiques importants sans se laisser une minute de répit. Mais dès qu'elle reprit un rythme plus calme, plus reposant, les mêmes pensées avaient alors refait leur apparition. Elle s'était décidée à recommencer la même sentence, mais cela ne suffisait plus : alors qu'elle s'occupait des enfants de ses sœurs et de ceux des concubines de son père Constantin et de ses frères; alors qu'elle courrait d'un champ à l'autre afin d'aider aux récoltes et aux semences, afin de pouvoir s'écrouler le soir sans aucune pensée, afin de s'empêcher de penser - une fois sous les draps, elle imaginait les mains puissantes de son grand-père Barnett. Elle ne savait pas pourquoi, si ce n'est qu'elle avait toujours été sa préférée, et qu'en retour elle lui donnait la préférence autant de fois que cela était en son pouvoir. Pourtant, elle pensait aimer son père de la même manière, d'un amour pur et désintéressé, entièrement platonique; peut-être était-ce, alors, que les garçons plus jeunes ainsi que ceux de son âge ne l'intéressaient pas, ce qui l'avait forcé à reporter toutes ses attentes sur des hommes mûrs et responsables. Or, Balfour était boiteux, Boos était borgne - et il en allait de même de tous ceux qui étaient de la génération supérieure. Oui, à bien y réfléchir, seul son grand-père était un prétendant sérieux dans son esprit. A bientôt cinquante ans, il était bien conservé : il semblait encore jeune, dans la trentaine, et se portait merveilleusement bien. Il ne tombait jamais malade, et faisait encore des activités physiques difficiles avec une aisance que ne possédait plus son père.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Ven 29 Aoû - 22:58

Elle s'était déjà masturbée. Il y avait de cela trois ou quatre ans, elle avait aperçu la plus grande de ses sœurs porter la main à ses bas. Trop concentrée, Daliah ne l'avait pas entendu entrer dans sa chambre, mais avait immédiatement arboré un air coupable une fois qu'elle l'avait reconnue. Cela avait mis la puce à l'oreille de Dana, qui n'avait eu de cesse de lui poser des questions sur son occupation précédente : de peur que sa petite sœur n'aille stupidement révéler la nature de ses activités à quelqu'un d'autre, Daliah lui avait fait promettre le secret en échange de sa réponse. Dana avait accepté, et Daliah avait enfin pu lui expliquer que, en l'absence de son mari, elle s'adonnait régulièrement à cette pratique. Ce n'était bien sûr pas la même chose qu'avec son époux, avait-elle rajouté supérieurement (puisque sachant que Dana n'avait pas d'époux et qu'elle ne pouvait donc pas comprendre de quoi son aînée parlait), mais cela lui permettait de détendre ses nerfs tendus par l'occupation constante de deux enfants en bas âge.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Ven 29 Aoû - 23:08

Devant l'assaut des explications supplémentaires demandées par Dana, elle avait également accepté de lui montrer comment faire. Cette fois-ci, cependant, elle avait d'abord pris la peine d'aller jusqu'à la porte d'entrée et de la fermer soigneusement afin que personne ne vienne l'interrompre une fois de plus. Dana l'avait observé les yeux grands ouverts, comme à chaque fois qu'elle savait qu'elle allait apprendre quelque chose. Sa méfiance s'était envolée devant les gémissements de bien-être de son aînée, et elle n'eut bientôt plus qu'une envie : se retrouver seule afin d'expérimenter ces nouveaux plaisirs. Depuis, elle avait pris l'habitude de s'isoler régulièrement dans un coin afin de se livrer à ce besoin solitaire : elle commençait par fermer les yeux et à s'imaginer qu'un garçon - non pas un garçon, mais un homme - l'embrassait à pleine bouche; puis il posait ses mains sur ses hanches et les faisait descendre doucement jusqu'à son bassin... jusqu'au haut de ses cuisses. Là, il s'arrêtait, la laissant dans l'expectative. Ce n'était qu'alors qu'elle donnait un coup de bassin afin de le rapprocher de ses mains imaginaires, et que celles-ci se mettaient à caresser lascivement l'intérieur de ses cuisses, d'abord; puis qu'elles passaient en frôlant son sexe, son clitoris. Ce n'était pas assez, et les pressions exercées de haut en bas devenaient alors de plus en plus poussées, de plus en plus intenses. Jusqu'à ce qu'elle cambre le dos. Et qu'elle n'arrive plus à retenir ses gémissements.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Ven 29 Aoû - 23:23

Mais cela, hélas, ne se produisait que lorsqu'elle réussissait à garder intact dans sa mémoire le souvenir de son grand-père. Si, par hasard, un quelconque manque de concentration lui faisait perdre cette image précieuse, pour être remplacée par celle de son frère Don, la jouissance flétrissait comme une fleur inondée. Et elle avait beau se frotter le clitoris encore et encore jusqu'à ressentir les incroyables pulsations de son sexe, cela la laissait bien plus insatisfaite que lorsqu'elle s'imaginait fondre sous les baisers de Barrett. Rien que l'idée qu'il puisse un jour passer ses mains sous ses sous-vêtements la faisait mouiller. Ce n'était pas bien, elle le savait; mais ce n'était jamais aussi bon.
En sa présence, elle se faisait câline, docile, caressante. Le fait d'être à ses côtés suffisait pour qu'elle se sente satisfaite et heureuse, si bien que le jour où son père lui apprit qu'il allait la marier et qu'elle se devrait et de changer de nom, et de devenir une épouse dans un clan inconnu, elle éclata en sanglots. Inconsolable, folle de désespoir, sa seule et unique pensée fut d'aller se jeter, éperdue, aux pieds de son aïeul afin de demander sa grâce.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Ven 29 Aoû - 23:34

Le souverain fut inflexible : elle était en âge de se marier et d'avoir des enfants, il était donc de son devoir de se marier et d'avoir des enfants. Si ce n'était pour son peuple, ne pourrait-elle le faire pour lui ? Pour lui faire plaisir, à lui ?, continua-t-il d'une voix un peu plus caressante après avoir constaté que la raison pure ne suffirait pas, seule, à calmer les ardeurs de son jeune âge.
"Il y a bien d'autres moyens de vous faire plaisir, grand-père, que de m'éloigner à jamais de vous !", répliqua-t-elle d'une voix grondante.
Comme chez toutes les jeunes personnes, le désespoir le plus noir avait fait place à un sentiment tout aussi fort : la colère devant l'injustice. Comment osait-il se comporter avec elle comme si elle n'était qu'une femme faible et stupide ?, se demanda-t-elle avec violence. Elle se sentit trembler et, avant de savoir même ce qu'elle faisait, elle se précipita sur son grand-père, l'enserra de ses deux bras fortifiés par la jeunesse, et l'embrassa à pleine bouche en se collant à lui. Cette jeune adolescente de seize ans s'était transformée en dominatrice furieuse. Le choc de son acte avait fait reculer son grand-père jusqu'au bout du trône sur lequel il était assis. Il voulut se dégager, mais elle était sur lui, et cela lui donnait l'avantage : Barrett se trouvait dans une position malaisée pour contrer ses assauts passionnés, ses deux bras comprimés contre les accoudoirs. Dana s'en rendit compte, et profita de son avantage pour faire descendre son bassin contre celui de son grand-père. Le mouvement n'était guère aisé, si bien qu'elle dut s'y reprendre à plusieurs fois en se tortillant, avant de trouver l'angle qui, instinctivement,
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Ven 29 Aoû - 23:42

lui procurait le plus de plaisir. Une fois installée, elle ferma les yeux de soulagement -mais ce fut une seconde de trop car son grand-père en profita pour reprendre le dessus : il lui attrapa fermement les bras, qu'il lui tordit à lui faire monter les larmes aux yeux, jusqu'à ce qu'elle lâche prise. Puis, il la repoussa violemment sur le sol. Elle atterrit sur le dos, les robes en désordre, les jambes repliées sur ses cuisses. Si elle eut mal, elle ne s'en rendit pas compte : le regard de son grand-père flamboya de concupiscence en la voyant dans cette position. Cependant, il se contrôla, et tonna de sa voix mâle :
"Sors."
Il ne lui en fallut pas plus pour sentir le sang lui monter au visage, et ressentir à nouveau toute la fougue de la jeunesse. Sans quitter sa position, les pensées confuses, étourdie et désorientée par des désirs qu'elle n'arrivait ni à contrôler ni à assouvir, Dana porta ses mains à son entrejambe. Des larmes lui montèrent aux yeux lorsque, arrivée à l'orgasme, elle comprit que son grand-père était parti sans plus penser à elle.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Adena H. le Sam 4 Oct - 18:06

Barrett n'en pouvait plus. Il ressentait une tension incroyable dans tout son corps. Dans son entrejambe. Son pénis, érigé, était si dur qu'il lui en faisait mal. Il avait besoin d'évacuer cette tension insoutenable. Se refusant à se masturber - le mot lui renvoya les images de sa petite fille allongée lascivement sur le sol de ses appartements prête à s'offrir à lui, et cela lui arracha un nouveau gémissement de douleur - il alla voir son épouse Brook.
avatar
Adena H.
Admin

Messages : 656
Date d'inscription : 20/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire-exister.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Générations

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum